Christine Barsi

Auteur de romans fantastiques et de science-fiction

Étiquette : Tasmanie

Chap Le Dieu Serpent - végétation

O’Shea Tjungurrayi

Chapitre : O’Shea Tjungurrayi

 

Cahier d’Avril Scott : Un paradis isolé, loin des aléas du monde urbain ; je ne demandais que ça. La faune et la flore y avaient tout leur sens et m’accompagneraient. Je n’y serais jamais seule, ne res­sentirais jamais cette impression de solitude qui vous étreint en plein centre de Melbourne ou d’une tout autre capitale humaine.

Forêt en Tasmanie

Forêt en Tasmanie

De retour sur ce qu’elle considérait désormais comme « son île » et « son parc », Avril était en paix avec elle-même ; d’une certaine manière, car il y avait tellement à faire qu’elle avait souvent la sensation que son cerveau en effervescence allait se fissurer par trop d’apports généra­teurs d’activités à l’infini. Elle se savait intelligente, d’un haut niveau d’intelligence. Mais visiblement, cela ne suffi­sait pas à la rendre plus perspicace et plus fluide dans ses réflexions qui s’entrechoquaient lorsqu’elle y mettait le feu aux poudres.

La jeune femme s’était rendue au Centre de Planification et de Documentation, une bâtisse officielle sur l’île tas­mane, recensant les bâtiments libres de tout acte de pro­priété. Elle avait l’intention d’y potasser les diverses options d’achat ou de location, d’organiser l’exploration sur le ter­rain et se prononcer promptement.

Au bout du compte, Avril avait retenu une dizaine de dossiers potentiels ; elle avait du pain sur la planche. Les visites devaient commencer le surlendemain par un corps de bâtiments, dans la partie centrale de la péninsule. Dans l’entre-temps, elle avait obtenu un rendez-vous avec le géo­mètre pour une approche préalable des limites exactes du domaine.

Une fois tous les entretiens planifiés et les excursions engagées, elle pourrait se consacrer à un inventaire préli­minaire de la faune ; celui des espèces végétales était déjà amorcé. Accompagnée d’un autochtone, elle comptait se rendre, l’après-midi même, dans la forêt ombrophile du parc national du Mont Field, au centre de l’île, au nord-ouest de Hobart, à près de deux cent quarante-cinq kilo­mètres de la baie. La distance était conséquente, mais pas au point de décourager la jeune femme qui avait programmé cette incursion en direction de la vallée des géants depuis un bout de temps.

Chap Le Dieu Serpent - végétation

Chap Le Dieu Serpent – végétation

O’Shea Tjungurrayi, originaire du Kimberley, la gui­dait entre les méandres des chemins s’enfonçant entre les arbres gigantesques de la forêt primaire datant de l’ère du jurassique. Un vestige du Gondwana originel, un super continent disparu depuis plus de cent millions d’années. L’univers des mousses, des lianes et des fougères arbores­centes, des acacias et des eucalyptus, de plus de cent mètres de hauteurs et de cinq mètres de large, dominait en dessi­nant des strates étagées. Il y avait des pins de Douglas, des épicéas, des séquoias également. À intervalle, son guide lui indiquait une plante que l’on ne voyait nulle part ailleurs, une jeune pousse d’arbre particulièrement bien dressée. La forêt chantait dans les ombres de la canopée et devant cette biodiversité exceptionnelle, le cœur de l’éthologue bourdonnait dans sa poitrine.

De nombreuses associations s’étaient battues pour la préservation des forêts humides et de leurs végétations caractéristiques. En deux mille quatorze, le gouverne­ment australien avait réclamé le déclassement de milliers d’hectares de forêts en vue de leur exploitation. Requête heureusement déboutée par le Comité du Patrimoine mondial à l’époque. L’UNESCO, comme d’autres institu­tions de protection et de conservation de la nature, avait fait front pour s’opposer à la destruction massive de larges secteurs tasmans. À leur côté, les citoyens australiens, mais également du monde entier, s’étaient mobilisés pour empê­cher un tel désastre.

Au début du XXIe siècle, le carnage écologique avait amorcé les premiers affrontements entre les associations environnementales et les gouvernements successifs. Au cours des années suivantes, d’autres batailles s’étaient déroulées pour la sauvegarde des arbres géants. Les terres forestières avaient vu leurs superficies diminuées ; celles-ci avaient été davantage maltraitées que les terres des Blue Mountains devenues, pour beaucoup d’entre elles, des terres agricoles en cultivant ces organismes génétiquement modifiés. Le napalm, les neurotoxiques, plus récemment les OGM s’étaient mis de la partie, stérilisant des milliers d’hectares de forêts et leur faune et leur flore. Une tragédie à l’échelle du monde. Pourtant, le biome forestier survivait toujours, un miracle.

Chute d'eau australienne

Chute d’eau australienne

O’Shea et Avril croisaient, régulièrement, des criques abritées qui encourageaient à la paresse. La jeune femme ne put résister à la vision d’une piscine naturelle cernée par les mousses et les fougères, et s’y baigna un moment sous la sollicitude attendrie de l’aborigène. Au sortir de l’eau, son regard fut attiré par un massif de fleurs de Waratah qu’elle admira longuement. Pleinement épanouies afin de capter l’humidité ambiante, les fleurs étaient d’une beauté raffinée que son œil d’éthologue ne pouvait qu’accrocher. Leurs délicats pétales évoquaient de longs doigts fins, ou encore des pattes d’araignée roses ou orangées.

Quand ils quittèrent la crique, un thylogale jaillit d’entre les arbres devant eux et s’éloigna par bonds sans se préoccuper de leur présence. Ils avaient dû le déranger. Un pademelon à ventre rouge, eut le temps d’observer la jeune femme conquise par le petit marsupial avant que celui-ci ne dis­paraisse au milieu des pandanis, ces palmiers endémiques propres aux forêts froides et pluviales.

Interview de L’éveil du Dieu Serpent

Interview de L’éveil du Dieu Serpent

Présentez-nous votre ouvrage

L'éveil du Dieu Serpent - Roman d'anticipation, roman de science-ficiton par l'auteure Christine Barsi

L’éveil du Dieu Serpent – Roman d’anticipation, roman de science-ficiton par l’auteure Christine Barsi

L’éveil du Dieu Serpent est un roman d’anticipation dont l’histoire se déroule en 2027, notamment en Australie, et plus particulièrement à Melbourne, Sydney et en Tasmanie. Les deux personnages principaux, une éthologue et un scientifique en même temps qu’homme d’affaires s’affronteront sur des sujets de génétique, d’écologie et d’éthique jusqu’à ce qu’ils discernent leurs véritables identités sous le masque ainsi que leur potentiel réel. Ce qu’ils découvriront ira beaucoup plus loin que ce que l’imaginait, de prime abord, l’héroïne qui réalise le piège dans lequel elle vient de tomber à ses dépens. La matérialité des diversités humaines et non humaines qui se côtoient sur Terre va bien au-delà de ce qu’elle a, jusqu’ici, conjecturé.

Avez-vous un sujet de prédilection ?

Dans ce livre, ce qui m’a importé c’est de traiter de sujets d’actualités scientifiques tels la génétique, l’éthologie, l’écologie ; de confronter ces thèmes à la nuisance de l’industrie des grands laboratoires, mais également des vecteurs dissimulés aux masses populaires depuis des siècles ; je parle ici des races aliens bien implantées sur notre monde, en dépit des tentatives ineptes de nos dirigeants pour les soustraire à notre réalité communément acceptée.

Sous couvert d’une passion qui va à l’encontre de toute logique, l’histoire nous révèle l’existence des Aliens qui se mêle à celle des Humains mais aussi les affrontements entre races humanoïdes dont les intentions divergent sur leur politique d’intégration sur Terre.

 Quel message avez-vous voulu transmettre à travers ce livre ?

 Plusieurs messages :

La diversité des peuples s’avère un atout pour notre culture, et non pas un handicap. La notion doit être martelée afin qu’elle rentre dans le champ du courant d’idées.

Les êtres, de quelque nature qu’ils soient, ont tous un rôle à jouer. L’humanité se transcendera le jour où elle aura compris que nous sommes tous impliqués, et qu’apporter son aide et son amour à la faune, la flore et la divergence dans sa globalité nous fera grandir bien au-dessus des concepts connus.

Un autre message encore, immanent dans mes romans, traite de spiritualité.

Pourriez-vous nous citer quelques passages de L’éveil du Dieu Serpent ?

 En voici un premier :
Champ de blé dans le Perche

Champ de blé dans le Perche

« Une fin d’après-midi de ce printemps deux mille vingt-sept ; le soleil rouge embrasait les champs céréaliers à sa gauche et une prairie à sa droite, délimitée par une ran­gée de rondins mal écorcés qui s’alignaient le long d’un chemin de terre menant chez les agriculteurs du coin. Des trognes centenaires, dressées ainsi que des gardiens d’une autre époque, cernaient le cadre et l’horizon. Une pente herbeuse, inclinée, descendait dans leur direction vers une mare asséchée. Avril observa le vol d’un rapace qui allait et venait, de son nid tout en haut d’un tilleul, au poteau télégraphique en bordure du chemin. De ses ailes étroites, celui-là survolait les cultures les plus proches, en un gra­cieux glissé au-dessus des vastes étendues céréalières. De son point d’observation, Avril le suivit du regard un moment.

Quand il se mit en chasse, face au vent, la tête baissée, son vol devint stationnaire et ses battements d’ailes fréné­tiques, elle l’étudia plus attentivement. Il avait dû repérer sa proie, car très vite, il fondit vers le sol en piqué, à peu de distance. Elle put le distinguer plus franchement. Un Falco tinnunculus, le faucon crécerelle. Ses yeux noirs, sa tête et sa queue gris ardoise ainsi que sa poitrine mouchetée en témoignaient, comme tout à l’heure la succession de cris aigus : ki-ki-ki. C’était un mâle. »

 En voici un second :

Le visiteur avançait au sein du vaste hall en direction de la zone d’accueil, ouverte sur une baie vitrée donnant sur les toits de Sydney.

Parvenu près de l’une des hôtesses, l’homme patienta. La quarantaine passée, il affichait une assurance presque agressive en se focalisant sur les expressions de la femme ainsi que sur sa silhouette. Les gestes maladroits de cette dernière, ses paupières abaissées et son attention volatile révélaient sa nervosité face à cette incursion introvertis­sante. L’homme ne fléchit pas dans son examen, et quand son regard parvint à croiser celui de l’hôtesse, il ne décou­vrit qu’une neutralité prudente dissimulant le trouble qu’il provoquait.

– Oui, Monsieur ?

– Monsieur Evans, je vous prie.

– Votre nom ?

– Khard Fintch.

L’hôtesse eut une expression presque surprise lorsque l’agenda de son patron dévoila son contenu.

– Aviez-vous un entretien programmé ?

Le « aviez-vous » laissait sous-entendre qu’il y aurait dû y en avoir un, mais qu’il n’y en avait pas. Khard le savait parfaitement. Il avait débarqué à l’improviste.

– Pas vraiment. Il m’avait suggéré de le rencontrer lorsque je serais de passage à Sydney.

– Monsieur Evans n’est pas dans son bureau, en ce moment. Puis-je vous proposer un rendez-vous pour une date ultérieure ?

 Le troisième extrait :

Maur Evans admirait le dôme de verre, au-delà de la baie vitrée de son bureau au trentième étage du complexe industriel portant son nom, dans le quartier central des affaires de Sydney.

Le cœur de ville, un secteur on ne peut plus privilégié.

Remodelage ADN

Remodelage ADN

Le dôme abritait le nouvel espace dédié à l’un des pro­duits phares de la toute dernière technologie en vogue en biogénétique. Bien que controversé encore aujourd’hui, celui-là pourvoyait désormais de très nombreuses filières de production, toujours plus gourmandes au fil des années. Le congrès annuel, sur le sujet, qui devait se tenir le mois prochain à Melbourne, serait l’un des expédients pour le présenter en grande pompe. Maur aurait à préparer son discours et à anticiper les sempiternelles interrogations qui s’engouffraient, chaque fois, dans les discussions, tel un leitmotiv qui n’en finissait pas.

À tous les coups, le même schéma : le bien-fondé des modifications génétiques, les processus employés, les béné­fices et les risques pour tout un chacun.

Une ritournelle pour l’homme avisé qu’il était devenu. Il savait comment vaincre les peurs et les réticences des plus frileux. Ses matériaux s’incrusteraient dans le maillage profond de cette civilisation, jusqu’au moment où l’on ne pourrait plus les extirper de leur socle sur lequel viendrait se fondre la multitude des autres. Certaines de ses créa­tions génomiques, par essence artificielles, faisaient déjà des émules et battaient leur plein au sein de cercles privés, tandis que d’autres de ses inventions s’inséraient au centre même du gouvernement qui en redemandait.

 À quels lecteurs s’adresse votre ouvrage ?

 Mon ouvrage s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux mystères occultes des Aliens, aux problématiques actuelles de l’éthique de la manipulation du génome, de la préservation des ressources naturelles, à ceux qui aiment ce monde et ces composantes, les grandes forêts et les cultures ancestrales, la faune et la flore dans sa globalité, tout en étant amateurs de belles lignes et de réflexions sur l’existence que je glisse régulièrement dans mes romans. Ce livre mêle de manière équilibrée la science, la technique, les conflits entre races humaines et aliens et la passion irrépressible d’un être pour un autre.

Quels sont vos projets d’écriture pour l’avenir ?

 En ce début d’année 2019, je suis sur la rédaction du tome 2 de Déviance, ma romance vampirique. Dans le même temps, j’attends les résultats de la soumission d’un 5ème manuscrit de SF de type Aliens/Astéroïde. Je nourris également un autre gros projet de SF pesant plus de mille cinq cents pages qu’il va falloir retravailler et réécrire — un très long travail en perspective. Puis viendra s’y entremêler le tome 3 de Déviance déjà bien amorcé.

Il va me falloir intensifier ma présence sur les salons du livre et cafés littéraires. Je cherche aussi à faire traduire l’un de mes livres, et j’aspire à ce que l’un de mes romans passe à la télé ou au ciné « Le grand cinéma » comme le clame Jacques Villeret dans « le Diner de Cons ». Toutes sortes d’idées me trottent dans la tête, et il faudra bien qu’elles trouvent un exutoire.

Quels sont vos auteurs/es fétiches ?

Si je me cantonne aux auteurs de SF et d’anticipation qui ont su capter mon intérêt, parce qu’ils embarquent la passion, la découverte de mondes ainsi que la science et la technologie, en intégrant des réflexions riches d’apprentissage personnel, alors je citerais comme toujours :

Jules Vernes avec son « Île Mystérieuse », George Orwell « 1984 », H. G Wells et sa « Guerre des Mondes », Philip K. Dick et son « Blade Runner », Isaac Azimov avec « le Cycle de Fondation », A.E. Van Vogt avec « À la poursuite des Slans », Jack Vance, Pierre Bordage dans « Résonances », René Barjavel, Franck Herbert avec « le Cycle de Dune », Aldous Huxley avec « Le Meilleur des Mondes », et enfin Jimmy Guieu qui a été l’un de mes premiers et de mes favoris avec notamment les derniers volumes E.B.E 1 & 2.

Sur le thème fantastique, j’apprécie beaucoup les auteurs suivants : Clive Barker avec « Imajica » et « Le Royaume des Devins », Bernard Simonay avec son « Cycle de Phénix », Louise Cooper avec « Le Maître du Temps », Bram Stoker avec « Dracula », Anne Rice avec sa saga des sorcières et ses chroniques des vampires, Stephanie Meyer auteure des « Âmes Vagabondes » et de « Twilight », Ayerdhal avec « La Bohême et l’Ivraie » et « Transparences », Brandon Sanderson avec « Fils des Brumes », mais aussi Fiona Mc Intosh avec « le Don », et enfin Pierre Bordage avec « Les Guerriers du Silence ». Ah j’oubliais ! J’ai relu récemment la trilogie des « Fourmis » de Bernard Werber, un sacré roman !

Il y a tant de bons auteurs et de romans originaux ! C’est extrêmement rassurant de se dire que l’Humain est génial dans ses créations infinies.

Un dernier mot pour les lecteurs ?

TypeWriter

TypeWriter

J’aime écrire, une passion nécessaire pour un écrivain sans laquelle celui-ci n’irait pas au bout de son tout premier manuscrit. L’écriture se définit par la persévérance essentielle et la volonté tout aussi essentielle de parvenir à l’achèvement qui consacrera l’œuvre de l’artiste. L’existence d’un écrivain s’avère solitaire dans sa phase cruciale de l’écriture ; il lui faut l’affronter au quotidien ainsi qu’un ascète en quête de sagesse. Mais se rajoutant à ces performances, se tient celle d’amener à la vie ses personnages, de les faire évoluer au sein d’une histoire qui ne s’appréciera jamais que par la richesse du vécu de ces derniers.

Il m’arrive souvent de les trouver exigeants alors qu’ils m’entraînent dans leurs tribulations dont j’ai le sentiment de ne rien maîtriser, en dehors d’une certaine architecture dans le cadre du scénario.

Pour finir et comme chaque fois, je répèterais encore et encore la phrase que j’ai découverte il y a quelque temps, celle de George Bernard Shaw qui disait : « Vous voyez des choses et vous dites : « pourquoi ? » Mais moi je rêve de choses qui n’ont jamais existé, et je dis : « pourquoi pas ? » »

 

Livre en commande sur le site de l’éditeur 5 Sens Éditions

Auteure : christine_barsi@hotmail.comhttps://christinebarsi.com

https://www.facebook.com/ChristineBarsi.romanciere/

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén