Roman de science-fiction Teralhen, tome 1 du Cycle des Trois Marches, par l'auteure Christine Barsi

Roman de science-fiction Teralhen, tome 1 du Cycle des Trois Marches, par l’auteure Christine Barsi

Teralhen – Roman de science-fiction, Tome 1 du Cycle des Trois Marches

5 Sens Editions

Commandez ici :

Format broché

Format numérique

Sur Stelhenia, l’un des mondes au sein de la confédération des Trois Marches, de nombreuses races humanoïdes et mutantes se côtoient et les déviances se multiplient. En dépit des tentatives diverses pour les contenir, celles-là engendrent quantité de confusions et de désordres aussi bien humains que politiques.  À la World Wide Compagny, la plus en vogue des sociétés de médiation, Kathleen Mârychl, ambassadrice de haut niveau, devra se surpasser quand on exige d’elle de prendre en charge le dossier sensible de l’un des personnages les plus redoutés dans les Trois Marches, un Xénobian, le Prince Kearinh. En dépit de leurs différences et de tout ce qui les oppose, entre eux, l’attraction est puissante et immédiate, amenant leur environnement à réagir et à vouloir les séparer avant que l’ordre en place ne soit irrémédiablement modifié.


Note de l’écrivain :

Roman de science-fiction Teralhen, tome 1 du Cycle des Trois Marches, par l'auteure Christine Barsi

Roman de science-fiction Teralhen, tome 1 du Cycle des Trois Marches, par l’auteure Christine Barsi

Une très belle histoire d’amour au sein d’une épopée de science fiction où sont traités des sujets tels la science des mutations, une réflexion sur la gestion de conflit et la multiplicité des origines et leurs richesses inhérentes, ou encore une certaine vision d’une bioarchitecture avant-gardiste dans lequel l’homme s’épanouit au sein d’un univers global,

 

Un extrait :

« Le domaine était vaste et faisait appel à de nombreuses techniques et procédés intervenant dans la conception et la réalisation des œuvres dont la finalité expressive abordait l’essence même des arts, pour peu qu’on ait la fibre.  Tout était symbolique dans cet art démesuré auquel se mêlait, aussi divergente qu’elle puisse l’être, la vision des créateurs. Les « holos au dixième » avec lesquels se divertissaient les étudiants de seconde année ouvraient de nombreuses opportunités de tester la matière et ses jeux infinis. »


Les champs métasphèresUn extrait :

« C’est à un tiers de siexth de leur aerospace que l’accident se produisit. Un tremblement du sol, très bref, les en avertit quelques secondes avant qu’il ne survienne. Les trois hommes se jetèrent dans une course éperdue vers la navette. Jelwin et Louan eurent juste le temps de se mettre à l’abri de la coque de métal de l’appareil, mais Maldween n’eut pas cette chance. Une fissure s’ouvrit à un milisiexth de lui et le souffle de la poche de gaz radioactif le faucha, avant qu’il n’ait pu accéder au refuge relatif de la navette. Il tomba, dévoré par l’aspiration depuis les profondeurs de la crevasse. »


Extrait de Teralhen, chapitre Le Hangard :

Lanterme - Pixabay

 

« …Une nuit pourtant, Daviulm rentra seul, les vêtements malmenés, un hématome sur l’une de ses joues, le regard trouble comme s’il avait pris du kaïrrahsh, cet hallucinogène censé augmenter le phénomène d’osmose entre les cellules nerveuses et exacerber leurs ramifications. D’où une capacité accrue à appréhender l’espace d’une autre manière. D’où ses gestes singuliers et lents qui alertèrent immédiatement ses camarades. La drogue provoquait invariablement des sensations de ce type, à la limite de l’ivresse. Sous la pâle lumière de la lanterne minuscule au-dessus de la porte, Daviulm avait l’air d’un gnome rapatrié des enfers de Brann Ikenjhaï. Ses vêtements pendaient en loques, à moitié lacérés et son torse se couvrait d’ecchymoses sanglantes… »


Service de Presse :

Journalistes et Chroniqueurs

Journalistes et Chroniqueurs pour un Service presse