Christine Barsi

Auteur de romans fantastiques et de science-fiction

Tag: contes d’Adhen

Poème Oshaën, contes d’Adhen

Poème : Oshaën,

– Contes d’Adhen

 

Poème se rattachant à l’univers des Trois Marches
Oshaën, contes d'Adhen illustrés

Oshaën, contes d’Adhen illustrés

 

Oshaën, à l’Ouest d’Adhen,

Grenelé d’ilots à perte de vue,

Un territoire comme il n’en existe pas,

Vaste océan dévorant de ses eaux les terres alentour.

L’onde perlée de ses acides balaye de ses miasmes les côtes fragiles du Troisième Territoire,

Sur ses bords, les limons insalubres tremblent de ses assauts.

 Les poussières acides de chacun de ses coups de boutoir,

Submergent ses rivages lors des jours de grands vents,

Jusqu’au centre même de Teralhen.

Au contraire des tumultes des océans de l’ancienne Terre,

Ses eaux dévoreuses de chairs,

Ne se meuvent qu’en de lentes impulsions hypnotiques,

Aucune marée décente qui ne se peut qualifier.

Oshaën, dans les contes d'Adhen, Cycle des Trois Marches

Illustre le poème Oshaën, dans les contes d’Adhen, Cycle des Trois Marches

 Et s’il n’était que cela, mais non !

Sa zone portale subit les jeux recrudescents,

Des forces rivales pour un périmètre marchand.

Sur la route du négoce, ses vaisseaux de ligne,

Amorcent leur approche, dérivant précautionneusement,

Arborant fièrement les emblèmes luminescents,

De leur appartenance à l’Intergalactique Union,

L’une des compagnies du commerce de l’Alliance, parmi les plus prisées,

Tandis que tels des bancs d’insectes invasifs, les navettes de liaison

Orientent leur nez frondeur vers la zone de débarquement.

Le tarmac se peuple des sempiternels négociants et camelots,

À l’affût des gros pourvoyeurs, des faiseurs de rêves,

Mais combien ne verront que le superflu ?

Combien de ceux-là iront plus loin que le visible,

Pour connaître les richesses et les tribulations,

Des marins d’Adhen et de leurs chants de vie ?

 

Poème La place des Marthress

Poème : La Place des Marthress,

– Contes d’Adhen

 

Poème se rattachant à l’univers des Trois Marches
Armoiries

Armoiries

  • C’était jour de marché sur Teralhen.
  • Ses places regorgeaient de chalands, les aboyeurs,
  • Leurs vociférations crayeuses captaient les attentions des promeneurs.
  • Les paniers des femmes se garnissaient en cadence,
  • De légumes et de fruits des territoires de Vaal Aêir,
  • De larves de palabenhs cueillies dans les troncs de Faureciey,
  • De myriades d’animalculs de la Bland.
  • Et puis soudain, venant interrompre le troc paysan,
  • Sur l’une des places favorites de Teralhen,
  • Une invasion de marthrs, sortes de monstrueux rongeurs,
  • Atteint par des mutations grotesques qui leur attribuaient,
  • des appendices auditifs trainant au sol, une tête disproportionnée,
  • dont les dents étaient des sabres et les yeux de métal
  • Et dont les opercules se fermaient et s’ouvraient à un rythme infernal.
  • La peur. La terreur ! Les cris. Les cris….
  • Désorganisation, fuite en avant, hurlements,
  • Quand l’un de ces spécimens déviants heurtait les pauvres gens.
  • Il fallut que l’armée du gouverneur de l’époque,
  • Vienne chasser la faune belliqueuse et menaçante,
  • De sous les pas des villageois de la Place.
  • Depuis ce jour-là, l’on parle de la Place des Marthress,

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén