Poème : Le Proscrit

         

         – Le Cycle des Mutants

 

Créature déviante - Le Cycle des Mutants

Créature déviante – Le Cycle des Mutants

  • Il bringuebalait sa carcasse,
  • Il était là,
  • Celui que j’observais.

 

  • Depuis mon coin d’espace, je patientais.
  • On m’avait chargé de prendre contact,
  • Afin de m’imprégner de ses différences,
  • D’en analyser les potentiels,
  • Apparents et non apparents,
  • Afin d’en appréhender la mesure.
  • Les points d’équilibre,
  • Toujours possible.

 

  • Ainsi que ses apports à notre société,
  • Son poids dans l’aplomb de nos existences.
  • Représentait-il un danger pour nos vies,
  • Notre civilisation normée ?

 

  • Lui, le mutant,
  • Celui dont tous se défiaient,
  • Dont tous se détournaient avec cette prudence larvée,
  • Qui nous caractérise,

 

  • Lui, le banni,
  • Proscrit, exclu, aliéné à jamais et,
  • Pour toujours déraciné du monde dans lequel il est né,
  • Relégué au rang des animaux, de ces bêtes dont on se gausse,
  • Spolié de ses droits, tel un fauve en cavale,
  • Tel un faune en sa forêt que les trusts sur Terre,
  • N’attendent que de le débusquer,
  • Puis de le déloger.

 

  • Mais ce pourrait-il que ce pauvre hère,
  • Soit au contraire, pour nous,
  • Source de lumière,
  • Source de connaissances,
  • Simplement, présent pour mieux nous enrichir,
  • Et finalement,
  • Nous transcender,
  • Enfin…