Christine Barsi

Auteur de romans fantastiques et de science-fiction

Category: Actualités (Page 1 of 2)

Tome 2 de Déviance en préparation

Tome 2 de Déviance en préparation

Le 14 septembre 2018 :

Falaise Ecran

Je dois vous avouer, qu’au vu des sollicitations pour que j’écrive un tome 2 à Déviance, je viens de reprendre le manuscrit, réaliser le scénario et sur ses 35 chapitres potentiels à ce jour, je viens d’en écrire les 5 premiers en phase quasi finalisée. Ce qui veut dire que pour vous mes lecteurs, je viens de modifier mon planning de création de mes mondes, de chambouler son organisation pour écrire la suite de Déviance.

 

Le 21 septembre 2018 :

Voici quelques actualités sur ma progression sur l’écriture du tome 2 de Déviance. La charpente du scénario est établie, avec quelques zones d’ombres dont je ne connais pas encore la manière dont elles s’éclaireront.

Les dix premiers chapitres ont leur trame plutôt bien ficelée. Mais j’en ai encore approximativement 25 à écrire… Donc de l’eau s’écoulera sous les ponts…

Pour ceux qui ont lu le premier tome, n’hésitez pas à me suggérer des idées de couvertures, mais là, nous avons encore pas mal de temps devant nous.

Chronique Littéraire de Déviance par Arkane

Chronique Littéraire de Déviance

Par Arkane

Publiée le 9 septembre 2018

Rendez-vous sur le site d’Arkane

Extrait : … …

DÉVIANCE

Éditeur : 5 sens éditions

Résumé…

Sur la lande des Pennines, la rencontre d’une écrivaine de récits fantasques avec l’un de ces êtres étranges peuplant les antres rocheux des Yorkshire dalls, là où les trolls et les vampires se terrent dans le triangle des Bardens, un site réputé parmi les plus hantés au monde.
Leur confrontation entraînera un choix difficile… York et ses ruelles tortueuses seront le théâtre de crimes énigmatiques, ainsi que leur terrain de jeu, jusqu’à ce qu’il en décide autrement…

Mon avis…

La couverture présente une femme encapuchonnée, armée d’une dague. En arrière-plan, on distingue des nuages noirs qui contrastent avec le blanc. Le personnage m’évoque une sorcière ainsi que les représentations traditionnelles et modernes nous les montrent. Le fait qu’elle brandit une arme laisse supposer de l’action. La typographie est simple… … Cette couverture travaillée simplement est agréable.

Le résumé est intéressant. Court et concis, il propose au lecteur de suivre les aventures (et mésaventures sans doute) d’une mère de famille partagée entre sa vie de famille et un vampire qui la pourchasse…

Des personnages détonants…

Premier point fort de ce roman : le personnage de Caitline. Nous sortons des sentiers battus de la jeune fille vierge effarouchée ou soumise au charme dévastateur d’un beau ténébreux pour évoluer avec une mère de deux enfants prénommés Peter et Tommy, mariée de surcroît. Pas du tout le personnage type de ce genre de littérature. Ici, la jeune femme auteure de romans fantastique est une personne résignée par l’existence… … L’arrivée dans le Yorkshire à la suite de leur déménagement, va éveiller en elle de nouvelles aspirations. Une sorte de renaissance engendrée également par la rencontre avec Sean.

Sean, un vampire énigmatique qui va la sauver d’une mort cruelle. Quand Caitline le rencontre, elle se rend compte que le réel et le fantastique se côtoient bien au-delà de ce qu’elle aurait pu imaginer. Elle qui est écrivaine se retrouve face à un être de légende. De là, son sauveur s’immisce peu à peu dans son existence et si au départ, elle trouve cette intrusion déplacée, il va se tisser entre ces deux personnages une incroyable romance, deuxième point fort de ce récit. Sean n’est pas un vampire “nounours”. Il est violent, assouvit ses besoins et sème la mort s’il le faut sans aucun regret. La noirceur qui l’habite est partie intégrante de son être.

Petit bémol en ce qui concerne les personnages secondaires, peu développés à mon avis. Ils auraient mérité un travail tout aussi approfondi que les personnages principaux… La fin de ce roman nous entraîne dans une nouvelle aventure. Je vous laisse découvrir laquelle, car elle clôture ce roman de manière tout à fait surprenante. Bien des choses sont alors expliquées et permettent au lecteur de comprendre pourquoi les fils du destin s’emmêlent parfois…

Un univers étouffant…

L’auteure apporte un nouveau souffle dans le genre de la bit-lit en présentant  non seulement une héroïne atypique, mais également un huis clos original entre des protagonistes assez restreints ce qui rend l’atmosphère du livre parfois lourde. Et j’adore ! C’est étouffant à souhait. La plume de l’auteure est aérienne presque poétique par moments. Le vocabulaire est également soigné. J’ai apprécié de découvrir le Yorkshire par le voyage qu’en fait l’héroïne. On se représente sans mal, les paysages embrumés, les ruelles sombres et tortueuses, les cottages perdus…

De nombreuses descriptions émaillent ce roman. La plupart sont longues et apportent, certes, un éclairage intéressant au récit, néanmoins je les trouve trop étirées. Ce serait le seul bémol pour moi avec un manque de dialogues. Cette absence d’interaction verbale entre les protagonistes ralentit le rythme du livre alors que le contraire aurait apporté plus de “peps” au récit. Les dialogues servant justement à apporter plus de nervosité à un texte.

L’introspection des personnages donnant accès à leurs pensées, et comme dit précédemment, les échanges en ont été amoindris et j’estime cela un peu dommage. L’auteure prend plaisir à disséquer au scalpel les émotions, les attentes et les désillusions de ses personnages à la manière d’une chirurgienne. On entre donc dans la tête du personnage avec une rare précision. Les doutes, les questions, nous les partageons. C’est une belle performance de la part de l’auteure que de nous attacher ainsi à ses personnages.

Pour terminer cette chronique, je dirais qu’il s’agit ici d’un bon roman de bit-lit qui s’adresse à un public averti quand même.

Pas de romance pleine de bons sentiments dégoulinants, mais une approche plus analytique et brutale.

Témoignages

Témoignage de Félicie Gantois

sur sa lecture de Teralhen et Mutagenèse,

les deux tomes du Cycle des Trois Marches

 

La Pieuvre qui cause

La Pieuvre qui cause

“Du début jusqu’au chapitre 8, l’écrivaine est tel un sculpteur modelant l’argile, appliqué à façonner les personnages de son roman. Un travail laborieux, mais qui détermine les événements futurs.

Louan : Le prince rusé et fort
Paüul : Le grand Architecte
Kathleen : La Femme, et comme toute femme, obsédée par le désir ardent de faire ressurgir l’équilibre dans son monde.

Comme vous pouvez l’imaginer ces 3 personnages alors figurés deviennent les principaux acteurs de TERALHEN.

L’attitude étrange de Louan face à une horde de malfaiteurs accentue l’envie de continuer la lecture de ce roman.
Prendre place dans un fauteuil et suivre le cours de l’histoire devient impératif. Alors là, dans un monde où la pollution sur toutes ces formes fait ravage, TERALHEN, ville d’une beauté singulière dû à une forte mutation de l’espèce végétale, sera le théâtre d’une histoire particulière voire hors du commun.
L’amour prend sa place dans ce tourbillon, et bouscule les ordres établis. Rien ne sera simple car face à nos 3 amis, les ennemis attendent le moment propice, qui favorisera leur plan : politique, social et économique.

Mais quel événement nous laissera sans voix et nous poussera vers MUTAGENESE (trop dire ou pas assez ). Je préfère vous laisser découvrir ce roman de science-fiction si bien orchestré.

Félicie”

Méduse

La Pluie

LA PLUIE

 

La pluie, inlassablement tombait, ce matin

Tel un messager des cieux, trouvant son chemin,

Animée par la vie de tous les éléments divins,

En son sein.

Méduse

Comme une bulle gazeuse,

Née proton ou bien neutron,

Un animalcule agité dans cette masse nuageuse,

Fait frémir son cocon.

 

Dans cet élément fluide, il a trouvé la vie,

Protection éphémère et oh ! Combien mensongère !

De cette fange amère, il a trouvé sa mère

Cette nasse liquide qui ravira sa vie.

 

Comme cette particule, nous sommes,

Nous, les hommes,

Inconsistants, mais présents,

Dans le temps.

 

La vie mesquine et les famines,

Nous tiennent en haleine.

Mais telles des phalènes,

Notre vie se termine, ou se ravine.

 

Mais cette fin, jamais ne l’atteindra,

L’homme qui sommeille puis s’éveille.

Il entendra l’hosanna qui le ravira,

Au moment de l’éternelle veille ;

 

Nous laissant croire à la gloire

Éternelle …

Interview de l’auteur

L'auteur Christine barsi

L’auteur Christine barsi

Interview de l’auteur

Sur Jumper Librairie Studio

Extrait de l’interview :
…/…

Quelles sont vos motivations à écrire des histoires ?

J’aime raconter les histoires de mes personnages. Ceux-là sont exigeants et m’entraînent dans leurs tribulations dont j’ai le sentiment de ne rien maîtriser, en dehors d’une certaine architecture dans le cadre du scénario. Car il faut quand même savoir se faire entendre, n’est-ce pas ? Mais si mes personnages tentent d’imposer leurs points de vue, je m’évertue moi-même à les orienter ou les réorienter quand la vision jaillit hors de la trame et dépasse les bornes établies. Un pacte entre eux et moi dont je me dois d’être le garde-fou. Mais je dois les exposer aux multitudes de lecteurs dont le regard les fera exister dans la « vie réelle ».

 

L’écriture, vous sert-elle de résilience ?

Si l’on regarde la définition de ce terme, la résilience est la capacité d’un individu à résister psychiquement aux épreuves de la vie.

Je dirais donc certainement en partie. Mais c’est loin d’être la base qui m’incite à écrire car j’ai cet objectif d’être une auteure depuis ma toute jeunesse. J’ai toujours apprécié les livres, leurs histoires qui me plongeaient et me plongent encore dans des univers autres que celui actuel.

Je dirais qu’écrire des histoires, développer leur scénario, leur monde, leurs personnages, me permet de prendre un considérable recul sur la vie présente. J’ai l’impression de vivre un nombre infini d’existences quand d’autres n’en vivent qu’une seule. C’est euphorisant.

 

Quelle est la question jamais entendue que vous rêveriez que l’on vous pose ? (Écrivez-la et répondez-y)

Eh bien, c’est une bien curieuse et intelligente question à laquelle je n’avais pas pensé. Alors après une très rapide réflexion (là encore, c’est étonnant, comme elle me vient rapidement), je dirais :

Question : « Lequel de tes livres, écrits ou à venir, aimerais-tu vivre l’histoire ? Et dans la peau duquel de ses personnages ? »

Réponse : « J’aimerais vivre l’histoire d’un livre de SF à venir, déjà écris mais dont les phases de réécritures sont loin d’être achevées. Un livre écrit voici plus de dix années et que j’ai mis de côté, une épopée sur un monde où les déviances sont pléthore et dans lequel les personnages principaux se battent pour l’acceptation de ces dernières. Une épopée là encore, avec son univers divergent. »

 

Pensez-vous qu’écrire c’est vivre la réalité de son imagination ?

Oui, je pense sincèrement, qu’écrire, c’est vivre autant que le nombre de ses histoires, qui peuvent être réécrites à l’infini. Plus encore que le commun des mortels, l’artiste est un dieu dont l’imagination débridée génère de nombreuses opportunités de monde en gestation. C’est génial !

…/…

Poème Les Mondes Déviants

Poème : Les Mondes Déviants,

– Le Cycle des Mutants

 

Poème se rattachant à l’univers des Trois Marches
Créature du Cycle des Mutants - flammes

Créature du Cycle des Mutants – flammes

  • Tes yeux sont des joyaux
  • D’un vert comme il en existe peu.
  • Pierres précieuses,
  • Émeraudes, turquoises ou malachites,
  • Le mystère de ton regard m’inspire.
  • Toi, le déviant,
  • Toi, dont le sort, hélas,
  • T’emporte vers des contrées inexplorées,
  • Des existences laborieuses,
  • amères ou escarpées,
  • Porteuses d’entraves,
  • Dont les chaînes se referment,
  • Plus souvent qu’à leur tour.

 

  • Je ne suis que si peu de choses,
  • Auprès de ton aura qui ne transparaît,
  • Que lors de séquences rares,
  • Réservées uniquement,
  • Aux êtres qui te méritent.
  • Accepte-moi, ainsi que le trophée,
  • D’un chasseur en mal de proie.

 

  • De quel monde viens-tu, Déviant ?
  • De quelle éternité lointaine ?
  • Qui ne se révèle que sous le joug
  • De quelques occasions exceptionnelles.
  • Je suis prêt à te surprendre,
  • Je suis prêt à t’écouter,
  • Pour peu que ton regard se voile pour moi,
  • De ce murmure d’humanité,
  • Tout à l’intérieur de toi,
  • Qui ne se transcende que pour quelques êtres, ou quelques faunes,
  • Exempte du poids commun des clichés,
  • Exempte de la banalité collective,
  • Qui aveugle et qui hurle au loup,
  • Chaque fois qu’une divergence,
  • Heurte son sens basique.

 

  • Je suis prêt,
  • À vivre à tes côtés,
  • Cette existence de marginalité,
  • Qu’amènent invariablement,
  • Tes différences huées de la plupart,
  • Mais loin d’être ce que je porte en moi,
  • De compréhension à ton égard.
  • Accepte à ton tour,
  • Cette vision de mon être,
  • Qui se repait de ta beauté intrinsèque
  • De cette robe d’inhumanité,
  • Qui te couvre ainsi qu’un linceul,
  • Alors même, que tu ne le portes,
  • Que pour t’isoler du regard de haine,
  • De ceux qui ne supportent,
  • Aucune des distinctions,
  • Qui font de toi ce que tu es.

 

  • Moi, je suis prêt,
  • Pour toi,
  • Pour ton existence précaire,
  • Loin de la meute des singes hurleurs.
  • Moi, je suis prêt,
  • Pour toi,
  • Pour t’accompagner toujours,
  • Là, où te mèneront ces différences,
  • Qui sont ta marque et ton insigne,
  • Qui sont le symbole des innombrables déviances,
  • Qui font de toi, cet amant que j’implore,
  • Afin de m’extraire de la fange,
  • Et d’adopter ces idéaux qui t’inspirent,
  • Autant qu’ils m’inspireront.

Poème Le Chant du Mutant

Poème : Le Chant du Mutant,

– Les légendes Obscures

POÈME SE RATTACHANT AU MONDE DES TROIS MARCHES

  • Il bringuebalait sa carcasse,
  • A la face des hommes,
  • Relevant les outrages d’un monde en perdition,
  • D’un monde où les ondes et la nucléarité,
  • Avaient pesé sur son être comme autant de grêlons cinglants,
  • Fauchant son aura, foudroyant sa vitalité, engendrant sur son corps
  • Autant de déviations pernicieuses,
  • Qu’il lui avait fallu appréhender et transformer,
  • Afin que survive le corps.

 

  • Il y était parvenu, luttant pied à pied avec la destinée,
  • Luttant pied à pied avec chaque rayon mortifère,
  • Pour transcrire en lui le message de mort,
  • Le reproduire, puis le recracher, l’éjecter de lui et de son univers,
  • Retirer la pourriture, ou la convertir,
  • Pour rejaillir en une dynamique éclatante, loin au-dessus de la mêlée..

 

  • Ainsi que le mutant, l’existence doit être affrontée, traduite et transcendée.
  • Accompagnons le chant du Mutant, chantons avec lui,
  • Confrontons-nous, ainsi que lui, au ferment de vie.

 

 

Chronique littéraire de Teralhen par Miss Huakinthos

Chronique littéraire de Teralhen

Par Miss Huakinthos

Publié le 30 mai 2018

Rendez-vous sur le blog de Miss Huakinthos

« Teralhen » de Christine Barsi – 5 Sens Éditions

Service presse via SimPlement.pro.

Dans un style riche et travaillé, on est invité à suivre plusieurs personnages au travers de chapitres multi-focaux. Kathleen, d’abord enfant puis devenue adulte, est amenée à travailler pour la World Wide Company en tant que médiatrice. Paüul, son ami d’enfance plus âgé, est parti à Teralhen pour des études de bioarchitecture et la retrouve plusieurs années plus tard, plus amoureux que jamais. Louan est fils de l’empereur et xénobian. Dans ce tome, les personnages, les éléments politiques, environnementaux, les différents peuples… se mettent en place et nous plongent dans un univers de science-fiction très scientifique.

À quelques milisiexths, la jeune femme allait devoir adopter la file de droite menant au guichet de Xantharès ou celle de gauche, menant à lui. Fasse les dieux qu’elle opte pour sa file ! pria-t-il, incapable de comprendre ce qui lui arrivait. Et lui qui ne s’abaissait que très exceptionnellement à influer sur le pouvoir de choix de qui que ce soit se surprit à pénétrer en bloc les pensées de la jeune femme pour la guider subrepticement jusqu’à lui, en la déviant de son idée première.

L’intrigue est très bien menée et ce qui est d’abord une histoire d’amour entre deux amis d’enfance devient un trio amoureux puis un couple hétérogène face au monde. Les  divers rebondissements rythment le récit et on ne s’ennuie jamais. Les descriptions facilitent l’immersion, les personnages sont très bien construits et attachants. Cette épopée aux allures romantiques nous offre un panel d’émotions très enrichissant et l’approche scientifique de cet univers permet de lire une histoire très précise et mature.

Au-delà de la romance construite sur les émotions d’un trio (somme toute classique), l’épopée dans cet univers est vraiment passionnante et l’auteur nous invite à nous laisser happer par les mots choisis avec méticulosité et efficacité. Très belle lecture !

En vente sur : la Fnac et le site de 5 Sens Éditions

Pour en savoir plus : Christine Barsi   Christine Barsi

Chronique Littéraire de Déviance par Laetitia B.

Chronique Littéraire de Déviance

Par Laetitia B.

Publié le 28 mai 2018

 

Rendez-vous sur le blog de Laetitia B.

Sur la lande des Pennines, la rencontre d’une écrivaine de récits fantasques avec l’un de ces êtres étranges peuplant les antres rocheux des Yorkshire dalls, là où les trolls et les vampires se terrent dans le triangle des Bardens, un site réputé parmi les plus hantés au monde. Leur confrontation entraînera un choix difficile pour la jeune femme, déchirée entre son amour pour ses enfants et leur bien-être, et celui éprouvé pour l’être dangereusement mortel qui la pourchasse. York et ses ruelles tortueuses seront le théâtre de crimes énigmatiques, ainsi que leur terrain de jeu, jusqu’à ce qu’il en décide autrement…

Merci à l’autrice de m’avoir permis de lire son roman que j’ai beaucoup apprécié.

Déviance est un roman qui parle du monde vampirique, enfin plutôt d’une romance vampirique. L’histoire mise en place permet de découvrir le rapprochement entre un auteur de récits fantastiques et un vampire. A travers cela, mais aussi à travers toute l’histoire, les personnages sont émouvants, et on les sent perdus dans leur passion qui ne fait que croître. Cette passion croît malgré les bâtons que certains peuvent leur mettre sur leur route dans l’univers ténébreux de la ville de York.

La lecture de ce roman permet de voir que le livre est riche et profond. On a le récit à travers les yeux de plusieurs personnages dont Caitline, notre héroïne mariée à un riche homme d’affaire plus ou moins véreux et qui a deux garçons Peter et Tommy. C’est à leur arrivée à York qu’une prise de conscience s’effectue sur l’aberrance des relations humaines au sein du couple. En tant que lecteur, on a la sensation que notre héroïne a, dorénavant, le choix de vie. On espère qu’elle fera le bon choix et on décrypte chaque ressenti.

Ce roman ne laisse pas indifférent car il mêle divers émotions comme vivre d’amour, d’eau et de sang frais ^^ C’est une lecture atypique qui nous entraîne dans une ambiance lourde et parfois noire voire dérangeante. Le point le plus positif, c’est la plume qui permet de créer un récit dont le vocabulaire est riche.

Je tiens juste à vous préciser qu’il n’est pas forcément à mettre entre toute les mains. Je le recommande à un public averti et peut être que les « midinettes » qui se délectent des lectures douces (attention ce n’est pas une critique car j’adore aussi les lectures toutes douces et les romances un peu cul-cul) y trouveront beaucoup de plaisir.

Audio Prologue de Mutagenèse

Audio Prologue de Mutagenèse – Cycle des Trois Marches

 

L’audio Prologue correspond au prologue du roman de science-fiction Mutagenèse, le tome 2 du Cycle des Trois Marches.

Bonne lecture,

Audio Dans l’ombre du Marcheur

Audio Dans l’ombre du Marcheur – Cycle des Trois Marches

L’audio Dans l’ombre du Marcheur correspond à l’un des chapitres du roman de science-fiction Mutagenèse, le tome 2 du Cycle des Trois Marches

Bonne lecture,

L’histoire d’une petite écrivaine

L’histoire d’une artiste devenue romancière.

Déviance

Déviance

Il était une fois une petite écrivaine, qui écrivait, écrivait sans fin dans l’ombre du monde tangible.

Écrivait, écrivait… sans fin, inlassablement, sans compter, sans rechigner à l’ouvrage,

Persévérant, sans prendre ombrage du temps écoulé.

Elle ne pouvait se dire auteure de quelques revues ou livres ou autres recueils.

Elle ne pouvait certifier qu’une chose, c’est d’écrire durant le temps qui lui était imparti, les soirs et les week-ends, les vacances, et parfois même dans les transports quotidiens, et lors d’une grève surprise où sur le quai, en attendant un éventuel RER, elle écrivait, debout, son calepin et son stylo entre les mains.

Très peu confortable et pourtant, la grève ne l’ennuyait plus, elle ne la voyait pas.

Un jour, un éditeur lui a dit : OUI, je prends.

Ce jour-là, l’existence s’est transformée pour la petite écrivaine reconnue enfin pour son travail, devenue auteure d’un livre publié, puis de deux puis de trois.

La question dorénavant, c’est : Où donc s’arrêtera-t-elle ?

Ira-t-elle encore plus haut, ira-t-elle encore plus loin ?

Les amis, le temps nous le dira.

Entre temps, amusons-nous à croire que le jeu est en marche et qu’il n’a plus aucune des limites que nous pourrions lui imposer.

Chronique littéraire de Déviance par GE39

Chronique littéraire de Déviance

Par GE39 de SimplementPro

Chronique Book.Node

Chronique Book.Node

“Un récit surprenant et particulier.

Effectivement, ne vous attendez pas à une lecture légère pour adolescents.

Chose rare dans ce genre littéraire, nous avons ici des personnages posés dans leur vie d’adulte : une femme mariée avec ses deux enfants, coincée dans un mariage sans saveurs avec son mari méprisant. Caitline va susciter la convoitise de Sean, un vampire.

Il a fallu que je me fasse à la narration à la 3ème personne ainsi que les nombreuses descriptions, mais c’est ce qui crée une atmosphère particulière, dans une brume constante.

Je m’attendais à plus de dialogues entre les personnages.

Il y a beaucoup d’introspection de la part des protagonistes, ils ont conscience de l’enjeu du lien qui se tisse entre eux.

Caitline, par la vie qu’elle mène et de sa romance avec Sean qui prend de plus en plus de place.

Sean, s’animant de sa nature profonde, terriblement dangereuse, et de l’appel du sang de sa bienaimée se faisant de plus en plus pressante.

J’ai été très surprise par le vocabulaire et les nombreux adjectifs enrichissant les descriptions. On remarque de suite la plume posée et travaillée de l’auteure, une qualité de texte indéniable.

Un jolie découverte et un bon moment de lecture.”

Également sur Babelio

Déviance

Parution de Mutagenèse – Tome 2 du Cycle des Trois Marches

Tome 2 du Cycle des Trois Marches en cours de réécriture.

L'auteur Christine barsi

L’auteur Christine barsi

Ce manuscrit a été soumis à 5 Sens Éditions courant septembre 2017

Manuscrit qui fait suite au tome 1 des Trois Marches : Teralhen

L’éditeur a approuvé mon manuscrit le 24 décembre 2017 et m’a envoyé un contrat : un joli de cadeau de Noël, n’est-ce pas ?

Je suis actuellement en plein dans les dernières étapes de réécriture afin d’enrichir le vocabulaire. Les tout derniers instants sont pour bientôt. La couverture a été choisie en partenariat avec 5 Sens Éditions. Le design nous plaît beaucoup à lui et moi.

Je vous avais promis de vous tenir informés des prochaines et ultimes étapes.

Les voici donc.

La phase de mise en publication touchent à leur fin :

Le titre du tome 2 est choisi : Mutagenèse

Sa 1ère et 4ème de couverture sont finalisées

Le roman sera en commande sur le site de l’éditeur 5 Sens Éditions, dés le 23 ou 24 avril 2018, c’est à dire d’ici demain ou après demain.

Euréka ! 🙂

 

Poème Oshaën, contes d’Adhen

Poème : Oshaën,

– Contes d’Adhen

 

Poème se rattachant à l’univers des Trois Marches
Oshaën, contes d'Adhen illustrés

Oshaën, contes d’Adhen illustrés

 

Oshaën, à l’Ouest d’Adhen,

Grenelé d’ilots à perte de vue,

Un territoire comme il n’en existe pas,

Vaste océan dévorant de ses eaux les terres alentour.

L’onde perlée de ses acides balaye de ses miasmes les côtes fragiles du Troisième Territoire,

Sur ses bords, les limons insalubres tremblent de ses assauts.

 Les poussières acides de chacun de ses coups de boutoir,

Submergent ses rivages lors des jours de grands vents,

Jusqu’au centre même de Teralhen.

Au contraire des tumultes des océans de l’ancienne Terre,

Ses eaux dévoreuses de chairs,

Ne se meuvent qu’en de lentes impulsions hypnotiques,

Aucune marée décente qui ne se peut qualifier.

Oshaën, dans les contes d'Adhen, Cycle des Trois Marches

Illustre le poème Oshaën, dans les contes d’Adhen, Cycle des Trois Marches

 Et s’il n’était que cela, mais non !

Sa zone portale subit les jeux recrudescents,

Des forces rivales pour un périmètre marchand.

Sur la route du négoce, ses vaisseaux de ligne,

Amorcent leur approche, dérivant précautionneusement,

Arborant fièrement les emblèmes luminescents,

De leur appartenance à l’Intergalactique Union,

L’une des compagnies du commerce de l’Alliance, parmi les plus prisées,

Tandis que tels des bancs d’insectes invasifs, les navettes de liaison

Orientent leur nez frondeur vers la zone de débarquement.

Le tarmac se peuple des sempiternels négociants et camelots,

À l’affût des gros pourvoyeurs, des faiseurs de rêves,

Mais combien ne verront que le superflu ?

Combien de ceux-là iront plus loin que le visible,

Pour connaître les richesses et les tribulations,

Des marins d’Adhen et de leurs chants de vie ?

 

Page 1 of 2

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén