Rétrospectives & Objectifs

Ça y est, l’année 2018 est bien derrière nous !
Revenons donc sur cette année.

Comme l’année 2017 au cours de laquelle ont été publiés mes deux premiers romans : « Déviance » et « Teralhen », 2018 a vu la publication de deux autres : Mutagenèse, le tome 2 du Cycle des Trois Marches, et tout récemment — il n’est jamais trop tard pour bien faire, n’est-ce pas ? — « L’éveil du Dieu Serpent », un roman d’anticipation qui va plaire à beaucoup.

Votre auteure Christine BarsiEn parallèle, j’ai enrichi mon site web et ma page d’auteure sur Facebook. J’ai d’ailleurs atteint les 3000 amis sur Facebook et plus de 1000 relations sur Linkedin. J’apprécie toujours autant l’opportunité que nous offrent ces sites en dépit des péripéties de l’actualité. Je me suis un peu plus familiarisée avec Twitter. J’ai fait de merveilleuses rencontres « virtuelles » dont certaines se sont concrétisées lors du dernier salon des mondes de l’imaginaire auquel j’ai participé cette année.

Mes relations dans le monde des artistes se sont étoffées avec la parution de mes interviews que vous pouvez lire sur les sites de « Mots & Légendes », de « Science-fiction-fantastique.com », de « Jumper Librairie » ou encore sur le site de NooSFere l’encyclopédie des littératures de l’imaginaire et celui du « Blogger Google ». Quelques blogueurs également que je remercie du fond du cœur.

Mais il y a tant à découvrir et à réaliser, tant à promouvoir pour faire connaître mes œuvres, mes enfants !


TypewriterEn ce début d’année 2019 :

Je suis sur la rédaction du tome 2 de Déviance, j’attends les résultats de la soumission d’un 5ème manuscrit de SF de type Aliens/Astéroïde, et bien entendu je nourris un autre gros projet de SF pesant plus de 1500 pages qu’il va falloir retravailler et réécrire — un très long travail en perspective. Puis viendra s’y entremêler le tome 3 de Déviance déjà bien amorcé.

Il va me falloir intensifier ma présence sur les salons du livre et cafés littéraires ; si vous avez des suggestions à me conseiller, je suis preneuse. Je cherche également à faire traduire l’un de mes livres sans que le coût soit prohibitif et j’aspire à ce que l’un de mes romans passe à la télé ou au ciné « Le grand cinéma » comme le clame Jacques Villeret dans « le Diner de Cons ». Toutes sortes d’idées me trottent dans la tête, et il faudra bien qu’elles trouvent un exutoire.

Alors cette dernière année s’achève avec de belles réalisations. La nouvelle année sera-t-elle au rendez-vous. Pariez avec moi là-dessus.

Mais et de votre côté ?